Adoptez une autre vision des Tropiques avec ce portrait sombre et mystique d’une petite fille tahitienne, d’après une photo de François Nars. Un dessin d’une grande esthétique, à la fois stylisé, épuré et tout en contraste, loin de l’atmosphère chaude et colorée de la Polynésie.

Portrait dessin d’une petite fille tahitienne dans la lumière

La photo d’une petite tahitienne prise par François Nars

Cette photo est celle d’une petite tahitienne prise par François Nars, célèbre artiste-maquilleur et photographe français. Installé à Tahiti en Polynésie française où il possède une île, l’artiste a photographié plusieurs portraits d’autochtones qu’il a réunis dans son livre « Feary Lands : Tahiti ». Inspiré par les photos de mode et poussé par une recherche de l’esthétique parfaite des visages, il nous livre des clichés d’une beauté déconcertante, presque irréelle. Sa vision de la photographie n’est par pour autant artificielle. Par le biais du maquillage et de la mise en scène, le photographe cherche avant tout à sublimer la beauté réelle de ses modèles.

Le portrait d’une petite fille nue dans la lumière

Ce dessin représente une petite fille d’une dizaine d’années. De profil, elle a les épaules voûtées et la tête en arrière. Les yeux écarquillés, elle regarde vers le haut quelque chose qui ne figure pas sur le tableau. Est-ce la lumière, un objet, quelqu’un ou son regard est-il simplement perdu dans les rêveries de l’enfance ? On ne sait pas, et c’est tout ce qui rend le portrait mystérieux et libre d’interprétation. Le tableau est très épuré. L’enfant a les épaules nues et les cheveux détachés. Tout son corps est éclairé par une lumière venant d’en haut. L’image est très mystique ! Les traits délicats de son visage sont baignés de lumière : sa peau lisse et veloutée, ses pommettes rondes, sa mignonne petite bouche pulpeuse et entre-ouverte, ses grands yeux noir aux cils recourbés… Tout dégage une grâce et une pureté angélique. La lumière crée des ombres qui mettent en relief chaque courbe du visage. Le fond noir abyssal découpe avec finesse le profil de la fillette ; cela fait ressortir son visage et son expression étonnée.

Un dessin tout en contraste, artistique et stylisé

J’ai choisi deux traitements différents pour le sujet et le fond. La petit fille a été dessinée au crayon graphite tandis que le fond a été réalisé à l’encre de Chine. Le crayon permet de conserver de la clarté dans le rendu et d’évoquer la douceur et la pureté du visage de l’enfant par de subtils dégradés d’ombre. L’encre de Chine, quand à elle, amène du contraste et de la dureté. Cette opposition par la technique crée un réel contraste, une sorte de clair-obscur qui vise à mettre en valeur l’enfant. J’y ai introduit une dynamique : le fond noir vient épouser le mouvement du corps de la fillette en décrivant des courbes qui s’éclaircissent à mesure qu’elles s’éloignent de l’enfant. Le fond entre ainsi en résonance avec le sujet. J’ai laissé la petite fille en noir et blanc pour ne jouer que sur les contrastes et la luminosité. Cela favorise aussi une certaine harmonie, une cohérence dans le traitement du portrait. Le fond noir et la posture originale de la fillette rendent le dessin artistique et stylisé.

Portrait dessin d'une petite fille de Bora Bora à la fleur de Tiaré