Une nouvelle réinterprétation stylisé d’après une photo de Lee Jeffries. Toujours dans la série « Homeless », le portrait dessin d’une vieille femme au col roulé, réalisé au crayon blanc et au stylo blanc sur Canson noir.

Collection Lee Jeffries : portrait dessin d’une vieille femme au col roulé

La réinterprétation d’une photo de Lee Jeffries, issue de sa collection « Homeless »

Après le Vieil homme à la capuche et le Sans-abris au blouson noir, je me suis de nouveau laissée inspirée par l’univers de Lee Jeffries et sa collection poignante de photos de SDF, intitulée « Homeless ». Je ne vais pas m’étendre à nouveau sur ce superbe travail, vous trouverez dans les deux articles au-dessus plus de précisions à ce sujet.
Si la photo qui m’a servi de modèle s’inscrit de manière évidente dans cette série de portraits, je n’ai hélas pas trouvé d’informations concernant le nom ni le sujet du cliché. Cela n’a fait qu’entretenir encore davantage le mystère autour de ce portrait et a nourri mon envie de m’en inspirer. Qui est cette vieille dame et quelle est son histoire ? Il y avait tellement d’émotions à décrypter dans ce visage !

La « vieille femme au col roulé », un portrait dessin émouvant et plein de mystère

Ce dessin est le portrait d’une vieille femme au visage cadré de très prêt. Il y a un léger effet de plongée et celle-ci semble lever la tête vers nous. Ce gros plan met l’accent sur les traits de son visage, les rides marquées qui le lacèrent et lui donne des allures de vieille pomme fripée, son nez épais, les taches de vieillesse sur le front et le menton et ses grands yeux larmoyants aux paupières lourdes et aux iris limpides.
Si le noir et blanc renforce les contrastes et durcit les traits, le traitement en négatif illumine le visage, qui sort de l’obscurité. Cette mise en lumière enveloppe le portrait d’une grâce presque divine. Toutes les imperfections de ce visage marqué par le temps semblent soudain purifiées et lavées par cette lumière. Le visage de la vieille femme semble se délester du poids des années et les maux de la vieillesse se dissoudre dans un flot d’espoir. Le masque s’efface et on ne voit plus que l’intensité d’un regard chargé d’émotions. Émotions fugaces et changeantes ! En effet on a l’impression, en fixant ce visage, qu’il change d’expression : tantôt la vieille femme semble digne et forte, le regard plein d’espoir et la bouche esquissant un sourire, tantôt elle semble exprimer une grande tristesse. Cette ambivalence et sans doute provoquée par l’asymétrie de son regard, l’œil droit étant plus fermé avec un reflet au bord pouvant suggérer une larme, tandis que l’œil gauche est plus alerte et vigoureux. Un visage aux émotions bien mystérieuses donc… et laissant libre cours à l’imagination de chacun !

Un dessin en noir et blanc, réalisé au crayon et au stylo

Pour ce dessin, j’ai utilisé la même technique que pour le Vieil homme à la capuche. Il s’agit donc d’un portrait en noir et blanc réalisé en négatif, c’est-à-dire qu’au lieu de dessiner les traits en noir sur blanc, on utilise le fond noir du papier pour les faire ressortir à l’aide d’un crayon de couleur blanc. On dessine ce qui est en relief au lieu de le détourer. L’effet obtenu est très différent : le blanc est mis en valeur par le noir et non l’inverse, un contraste en faveur de la lumière et non des ombres.
Pour accentuer les reflets et l’intensité de la lumière à certains endroits (et notamment pour les cheveux), j’ai utilisé un stylo blanc. Le contraste sur fond noir est plus prononcé, alors que le crayon blanc permet une transition entre obscurité et lumière plus douce, un effet de fondu qui convient mieux aux surfaces, comme la peau.

Portrait dessin d'une vieille femme au col roulé