Cet article s’éloigne un peu de la thématique des portraits du monde pour vous présenter mon dernier portrait dessin : « Purple rhapsody » ! En effet, si mes précédentes réalisations étaient plutôt réalistes et empruntes d’authenticité ethnologique, « Purple rhapsody » est presque une création originale et présente un graphisme plus stylisé. Voici quelques précisions à ce sujet…

« Purple rhapsody » : un portrait dessin stylisé au féminin

Un portrait photo de Lee Jeffries détourné en création originale

Lee Jeffries est un photographe anglais connu pour ses édifiants clichés de sans-abris. Je m’en suis d’ailleurs inspiré dans deux de mes précédents dessins, Vieil homme à la capuche et Le sans-abris au blouson noir. Il s’agissait là de réinterprétations fidèles au style des photos, des dessins en noir et blanc avec des gros plan sur les visages, des rides très marquées et des jeux de clair-obscur. Le cliché dont je me suis inspiré cette fois met en lumière un tout autre sujet. Il s’agit du portrait d’une chanteuse de rock néo-zélandaise, Gin Wigmore. Cette dernière donne d’ailleurs son nom à la photo, qui lui a servi de pochette pour un de ses albums.

Lee Jeffries a traité le sujet de la même façon que sa collection « Homeless », à savoir une photo en noir et blanc avec une mise en scène très théâtrale : visage en contre-plongée, les mains enveloppant le cou de la jeune femme pour laissant voir ses tatouages, la bouche entre-ouverte et les yeux levés vers le ciel dans une expression quasi extatique. J’aurai bien sûr pu dessiner cette photo dans un style plus fidèle à l’esprit de travail de Lee Jeffries mais cette fois j’ai eu envie de m’en démarquer, de réinterpréter cette émotion pour en faire quelque chose de nouveau, bref une création originale !

« Purple rhapsody », le portrait au féminin d’un rêve coloré ?

Ce dessin représente une jeune femme dans un état second, enveloppée dans un nuage violet. J’ai repris la posture de la chanteuse et l’expression à la fois intense et absente qu’elle m’inspirait mais je les ai réinterprétées dans un style moins réaliste, se rapprochant un peu de l’univers du manga et de la bande dessinée.

La jeune femme semble à la fois dans un état extatique, de ravissement (comme le suggère le nuage violacé qui l’enveloppe et qui symbolise le rêve) et en même temps tourmentée. En effet, si son visage est calme et ses yeux brillent de joie, des larmes noires coulent sur ses joues et ses mains autour de son coup semblent l’étreindre comme si elle manquait d’air. Il y a un côté effrayant dans ce tableau. Ce sentiment ambigu est accentué par l’angle en contre-plongée qui intensifie l’expression de la jeune femme et met en valeur sa gorge emprisonnée. Le rêve prend des tournures de délire cauchemardesque et les nuages au-dessus de sa tête deviennent soudain menaçants… Alors, songe coloré ou sombre abîme ? Plus que le simple portrait d’une jeune femme, ce dessin a pour sujet un état, un voyage sensible à travers le rêve et l’inconscient qui peut aussi bien apporter le bonheur qu’engendrer des effets pervers, comme la perte de la réalité et le basculement vers la folie.

Un dessin stylisé réalisé à l’aquarelle et au stylo

Pour cette nouvelle création, j’ai choisi un style graphique plus stylisé, inspiré de celui des « comics », avec un côté très « girly » pour donner de la légèreté au tableau. L’aquarelle et ses possibilités infinies de fusion des couleurs matérialise parfaitement le rêve et la douceur. Le stylo noir permet quant à lui un travail tout en finesse et en contraste. Il durcit les traits et donne de l’intensité à l’expression du visage. Éclaboussures et coulures introduisent le mouvement dans cette image qui ne reste pas figée. Pour souligner les contrastes, toujours laisser du blanc ! Les zones claires du visage et le fond blanc autour mettent en valeur la jeune femme et réveillent les couleurs.