Dans ce nouvel article, le portrait dessin d’une femme indienne en sari, réalisé à l’aquarelle d’après une photo de Spencer Montero, photographe de voyage norvégien. Un portrait coloré et envoûtant, où éclate tout le raffinement des étoffes et parures traditionnelles d’Inde.

Portrait dessin d’une femme indienne au sari rouge

La photo d’une femme du Rajasthan prise par Spencer Montero

Le portrait du monde que je vous présente ici est l’un des tous premiers que j’ai réalisés. Il est inspiré du portrait d’une femme indienne photographiée par Spencer Montero. Depuis plus de onze ans, ce dernier et sa femme Vibeke forment une équipe dans la vie comme au travail. Tous deux sont photographes de voyage et parcourent le monde (l’Europe, l’Afrique, l’Amérique du sud, l’Asie…) avec leurs deux enfants. Ensemble, ils ont créé la page photito.com et son blog, où figurent leurs plus belles photos ainsi que des reportages écrits sur leur vision du monde et leur façon de voyager. Le couple norvégien a réalisé des centaines de clichés, essentiellement des portraits, tous aussi vivants et vibrants les uns que les autres.

Leur travail est régulièrement publié dans des revues norvégiennes telles que VG, Aftenposten, Vagabond, Kamille, Reiser og Ferie, KK, Hjemmet ou encore Tara.

Le portrait de cette femme a été pris dans la ville de Jaiselmeer, dans le désert du Rajasthan en Inde, en 2011.

Le dessin d‘une femme indienne vêtue d’un sari rouge

Ce dessin portrait représente une femme indienne d’une quarantaine d’années posant de face, voilé de son sari rouge. Le menton appuyé sur mains jointes, elle nous regarde de ses yeux vert pomme, un regard à la fois limpide et énigmatique… Sur sa peau dorée commencent à se dessiner quelques rides, sur son front, autour des yeux et aux commissures des lèvres. Mais malgré son visage entre deux âges, la beauté de cette femme reste intacte. Elle a l’air très calme et sa bouche esquisse même un léger sourire, laissant entrevoir ses dents blanches. Sa chevelure noir de geai est coiffée d’une parure de bijoux argentés. Le dessus de son front arbore une sorte de troisième œil, un disque en métal serti d’argent, de couleur vert foncé, qui rappelle le vert de ses yeux. Un triptyque envoûtant dont on ne peut se détacher. Les femmes du Rajasthan sont fières de leurs bijoux traditionnels. Ces derniers sont souvent des héritages transmis par leurs familles. Les Rakhri, Bindi et Borla sont les principaux ornements de tête des femmes. En plus de cela, elles utilisent un assortiment d’épingles, de clips et de broches à cheveux.

L’indienne porte sur sa tête un sari rouge framboise, enroulé autour de sa taille et porté par dessus un haut à motifs floraux aux couleurs chatoyantes.

Un dessin aux couleurs vives réalisé à l’aquarelle

Ce dessin est l’un des premiers que j’ai réalisé à l’aquarelle. Comme je ne maîtrisais pas encore bien cette technique, je m’en suis davantage servi comme un outil de colorisation d’un dessin préalablement réalisé au crayon. Une technique que j’ai gardée par la suite. Les couleurs de l’aquarelle passant très rapidement après application, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois pour obtenir les teintes saturées des étoffes indiennes. Les zones de lumières donnent du relief au visage et font ressortir les yeux verts de la femme. Pour conserver la douceur du portrait, je n’ai pas souhaité relever les traits du visage au stylo noir, comme je l’ai fait pour mes autres portraits depuis. Le contraste est créé par les cheveux ainsi que par les ombres du sari et des mains. Quelques traits de stylo blanc pour les détails : des frises de petits carrés blancs sur le voile, quelques touches pour donner de l’éclat aux bijoux et des reflets dans les cheveux.