Retour en terre d’Asie avec ce portrait mystérieux et touchant d’un petit garçon thaïlandais, le visage caché derrière une large feuille d’arbre. Un dessin aux couleurs flamboyantes, où la nature révèle toute la beauté du peuple thaï.

Portrait dessin d’un garçon thaïlandais caché derrière une feuille

La photo d’un jeune garçon thaïlandais prise par David Lazar

Le cliché d’origine a été pris par David Lazar, célèbre photographe de voyage australien, portraitiste et passionné de cultures et de traditions. Il est attiré par les endroits insolites et reculés du monde, où subsiste encore un bouillonnement culturel riche.
La photo s’intitule « Behind the leaf » et représente un jeune garçon thaïlandais de la région de Kanchanaburi, une ville à l’ouest de la Thaïlande comptant 52 000 habitants. Celle-ci est située au confluent de la rivière Kwai Noi avec la rivière Kwaï Yai.

Le portrait touchant d’un petit garçon au visage caché derrière une feuille

Ce portrait est celui d’un petit garçon âgé d’une dizaine d’années. Ses cheveux et ses yeux sont noir de geai et sa peau est mate et cuivrée. Son visage ruisselle de gouttes d’eau car il sort d’une mare où il nageait. La jungle dense qui l’entoure est suggérée par une large feuille d’arbre qui couvre la moitié de son visage. Se cache-t-il ou est-il en train de surgir de derrière un arbre ? Son regard fixe et profond exprime beaucoup d’émotion. En effet, ses yeux semblent noyés dans un lac de tristesse, si bien qu’on ne distingue plus les larmes des gouttes d’eau qui perlent sur ses joues. L’émotion qui se dégage de ce portrait est d’autant plus vive qu’il est en plan rapproché, ce qui amplifie l’importance du regard.
J’ai volontairement donné à l’enfant cette expression triste et mélancolique de manière à rendre le portrait encore plus touchant et à jouer sur l’ambiguïté des gouttes d’eau sur son visage.

Un dessin aux couleurs flamboyantes où la nature reprend ses droits

De manière générale, j’aime beaucoup la couleur verte et l’apport d’élément végétal dans un portrait. Je trouve que la nature sublime la beauté humaine et lui donne comme une légitimité, une filiation. La partition du dessin entre nature et portrait offre une composition intéressante et originale. Plus qu’une opposition, c’est une véritable symbiose qui émane de cette confrontation. Sur un plan purement visuel, le vert de la feuille est parfaitement complémentaire au rouge cuivrée de la peau du garçon, ce qui le met indéniablement en valeur. De plus, le visage larmoyant de l’enfant évoque une feuille ruisselante de rosée au petit matin. Il y a donc une réelle correspondance entre les deux êtres vivants.
J’ai peint ce dessin à l’aquarelle. Cette technique offre un rendu plus doux dans la transition des couleurs mais permet des teintes saturées et des contrastes bien présents. Tout en conservant le flou de la feuille d’arbre par des couleurs diffuses, j’en ai accentué le contour pour bien délimiter le visage et donner un côté graphique au portrait. Enfin la touche finale : pour donner du relief aux gouttes d’eau, j’ai dessiné des reflets au stylo blanc ainsi que dans les yeux du jeune garçon.