Plongez au cœur de la Papouasie-Nouvelle-Guinée avec le portrait d’un jeune garçon Papou à l’incroyable chevelure blonde ! Un dessin plein de force où la nature relève la beauté du folklore qui entoure ce peuple primitif.

Portrait dessin d’un jeune garçon Papou aux cheveux blonds

Le portrait d’un jeune Papou photographié par Art Wolfe

Ce dessin a été réalisé à partir d’un portrait de Art Wolfe, célèbre photographe américain engagé. Avec ses photos en tout genre qui montrent toute la beauté du monde (portraits, paysages, photos artistiques…) il lutte activement pour la préservation des peuples et de l’environnement. Il a entre autres réalisé des émissions comme Travels to the edge ainsi que des clichés pour des magazines comme GEO ou Terre sauvage.

Ce portrait est celui d’un jeune garçon Papou, originaire de l’est de l’île de Nouvelle-Bretagne, qui se situe en Papouasie-Nouvelle-Guinée.
Il s’agit d’un des rares peuples primitifs qui existent encore aujourd’hui. Ils sont divisés en 310 tribus qui parlent des dialectes différents. Victimes de nombreuses invasions occidentales, les Papous sont aujourd’hui un peuple de guerriers fiers et courageux qui revendiquent leur indépendance.

Le dessin étonnant d’un jeune garçon aux cheveux blonds

Ce dessin représente un jeune garçon d’une tribu Papou.
Son visage est maquillé d’argile et de peintures et sa tête ornée d’une coiffe végétale composée de feuilles d’arbre et de plumes.
L’art corporel est très important chez les Papous. Il est riche en symbole et est utilisé lors des fêtes et des rituels. Pour les indigènes, ces cérémonies ont pour but de se souvenir de leurs racines et par la même occasion se rapprocher de leurs ancêtres. Les rituels des Papous se sont renforcés ces dernières décennies. En effet aujourd’hui les Papous sont, comme beaucoup d’ethnies du monde, menacés et tout ce folklore leur permet d’affirmer leur identité. Les peintures corporelles des Papous servent à exprimer leurs personnalités et leurs émotions. Elles représentent également leurs statuts au sein de la hiérarchie sociale et permettent de se distinguer parmi les différentes tribus papous. En effet, chacune a une manière particulière de se peindre le corps, tout comme elle possède ses propres coiffures et parures. Chaque couleur a une signification bien précise. Le blanc par exemple représente la mort et les esprits. Le noir symbolise la force et l’agressivité. Les pigments des peintures proviennent de différents minéraux présents dans la nature : argile blanc, charbon de bois,… Le port des couvre-chefs a une fonction de prestige et est très codifié. Plumes, coquillages, cheveux et autres matériaux nobles ornent les têtes.
L’enfant a une expression butée. Bien qu’encore jeune, on sent déjà le guerrier qui sommeille en lui.
Mais le plus étonnant est incontestablement ses cheveux. Certains Mélanésiens ont en effet une particularité physique unique au monde : leurs cheveux crépus sont blonds et leur peau très foncée comme celle des Africains. Ce contraste surprenant est magnifique !

Le dessin d’un visage encadré par la nature

Ce portrait a été peint à l’aquarelle. Des touches de stylos blanc et noir finalisent l’ensemble.
Encore une fois, l’essentiel de ce dessin réside dans le regard de l’enfant. Un regard sombre et intense qui traduit toute la nature sauvage du peuple papou. Pour mettre en valeur ce visage étrange et troublant d’enfant guerrier, j’ai flouté le fond de manière à suggérer une végétation dense et luxuriante. Le vert éclatant de la forêt contraste harmonieusement avec la peau terreuse du jeune garçon. Pour un garçon issu d’un peuple proche de la nature, il en arbore fièrement les couleurs !
J’ai essayé de traduire les différents effets de textures : les traces d’argile sur la peau de l’enfant, ses cheveux denses et crépus, les marques de peintures luisantes sur son visage… L’expression du garçon étant déjà très dure, j’ai voulu adoucir le portrait avec des couleurs veloutées. Seuls les points blancs sur les marques noires tranchent fortement avec le reste du dessin.